Les coqs de l'Est - A propos de l'amour en Ukraine...


ukraine_amour.jpg


Les coqs de l'Est - Youtube
A propos de l'amour en Ukraine...


amour_Ukraine.jpgJe l'avoue, je suis venu en Ukraine dans l'optique de jouir, de prendre et de laisser... en bref de consommer comme mon mode de vie d'occidental libéral me le dictait. Je voulais ma revanche sur la vie par la queue. Plus jeune, dans ma banlieue Parisienne, l'amour et le cul étaient deux trucs épineux que je n'ai jamais pu vivre, ni même toucher du bout des doigts. J'ai le souvenir, toujours dans cette même banlieue Parisienne, d'une rouquine qui puait des dessous de bras avec qui je jouais à touche pipi en jean sous la couette... elle ne suçait même pas et je bandais mou. J'avais modestement tirer dessus, deux trois allers retours et c'était terminé. Une catastrophe. Soyons francs, sans vouloir dénicher l'alibi béton de la loose... les nanas du coin ne me faisaient vraiment pas transpirer. De nature élitiste comme peut l'être un Français sensible au bon goût, je me relâchais sur les efforts... suffisait que je tombe sur une nana à demi correct et au visage laiteux pour que je me sous estime et que je finisse par passer la main. Plus tu as d'occasions et moins tu as de pression. Sans compter leurs jargons de campeuses de terrasse de café "nan mais meuf", "nan mais genre", "c'est juste trop bien"... en tant que femmes vulnérables à la tendance, elles représentaient la vitrine de cette société qui me plongeait de force dans l'individualisme. J'étais devenu aussi sénile que mon vieux voisin d'à côté. L'alcoolisme, la clope, la porno dépendance... vous connaissez la suite...

Jusqu'au jour où j'ai mis les pieds à Kiev en Ukraine... un compte Tinder, Badoo et un peu d'opportunisme dans les rues plus tard ont suffit à faire de moi le maître du jeu. Tout était abordable, du ticket de train au restaurant du coin... fatalement, il faut dominer une ville pour dominer ses femmes.
Bien sûr que le rapport tout en anglais avec les femmes rend de fait les interactions plus ou moins superficiels mais qu'on se le dise... notre culture Française de la cérébralisation de tout est vite ramené au rang de la légèreté des rapports humains saints et normaux. Et pour cause toutes ces femmes élevées aux valeurs simples types chrétien/orthodoxe pour qui le silence est une simple musique à apprécier. Le regard d'une femme pure et pleine de bonne intentions calme tes démons et fait office de rédemption.

Les crypto-putes matérialistes suceuses d'or sont facilement identifiables à condition de respecter quelques règles élémentaires (aperçu des photos et du compte VK avant la rencontre, ne pas se laisser inviter, prendre un verre seulement pour le premier rendez-vous...).

Ici, il est possible de vivre un amour platonique digne d'une histoire calquée sur Vlad Tepes et sa princesse sans le mélo-drame qui va avec. L'homme dicte fièrement le ton et la rythmique de la relation, la femme s'autoproclame suiveuse et rêve d'être une petite chose fragile aux bras de son homme, d'ailleurs elle me l'a dit au premier rendez-vous "I want to feel weak in your arms"... elles sont loin; égarées dans mon esprit, les fronceuses de sourcils à ballerines au pays du saucisson désormais. Ta femme, ici, s'occupe de ses cheveux longs et de ses kilos à perdre, se cambre fièrement au lit pour toi en chantant comme une petite fille à la messe quand tu la prends jusqu'au fond et fait dans les pointes de danseuses classiques quand tu la baise en position cuillère parce qu'elle sait ce que vaut sa féminité sur le terrain de la séduction... une séduction qu'elle met à contribution pour toi car elle sait qu'il n'y a pas de partage sans la culture du don pour l'autre.
Être une femme, qui plus est TA FEMME est un devoir indiscutable pour elle. C'est ça l'amour à l'Ukrainienne.

Sans compter les opportunités de trouver une femme francophone avouant à demi mot que de vivre une histoire avec un Français à Kiev pourrait être le comble de son aboutissement de l'apprentissage en la matière. Bref... les opportunités ne manquent pas... il n'y a qu'à choisir.
Le problème n'est pas de trouver une femme ici mais de rester fidèle à celle-ci tant les appels de phares sont nombreux... bon courage.

​Florent Lambert - 11.11.16



Professeur Z

Auteur : Professeur Z

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

581 lectures

À voir également

La député Nadia Savtchenko s'insurge «contre les youpins» qui dominent l'Ukraine !

La député Nadia Savtchenko s'insurge «contre les youpins» qui dominent l'Ukraine ! Lors d'un...

Lire la suite

Cosmologie.jpg

Cosmologie de l'homme

Cosmologie de l'homme La question centrale posée dans l'Iliade peut s'exprimer ainsi : l'homme...

Lire la suite

ethnonationalisme.png

RAHOWA 73 - L'ethnonationalisme

RAHOWA 73 L'ethnonationalisme Il existe une autre stratégie que la nôtre (L'église du Créateur) au...

Lire la suite

Ingrid_Rimland_Zundel.jpg

Ingrid Rimland Zundel est décédé

Ingrid Rimland Zundel est décédé Ingrid Rimland, épouse de Ernst Zundel, est décédé ce 25 octobre...

Lire la suite

L'extrême droite antiraciste

L'extrême droite antiraciste Extrait : Ce discours social antiraciste a tout pour plaire à Ali...

Lire la suite

En finir avec Dieudonné

En finir avec Dieudonné horizonquebecactuel.com Alexandre Cormier-Denis Le militant antiraciste et...

Lire la suite

Nous_sommes_des_raciaux-socialistes.jpg

RAHOWA 73 - Nous sommes des raciaux-socialistes

Nous sommes des raciaux-socialistes Adolf Hitler était un national-socialiste. Il plaçait l'intérêt...

Lire la suite

Les jeunes quittent les métropoles

Les jeunes quittent les métropoles Les grandes villes sont mortes. Rien ne peut, rien ne doit les...

Lire la suite