Les coqs de l'Est - Année 2040


Les_coqs_de_l_Est_-_Annee_2040.jpg


Les coqs de l'Est - Année 2040


Année 2040...
Pendant qu'ils seront en train de bataclaniser la France entière, vous doubler dans les files d'attentes, vous voler dans les entrailles des villes fantômes, baiser la France jusqu'à ce que vous les aimiez... ici, dans les chaînes de montagnes Ukrainiennes, nous aurons parallèlement élevé du blanc au biberon nationaliste dans les chambres de nos chaumières à l'odeur boisée. Nous ferons l'amour à nos femmes, toujours plus loin et toujours plus fort pendant que nos futurs moustachus en herbe joueront aux petits soldats dans les Carpathes. Des rejetons hybrides aussi créatifs que peut être le Français, rigoureux comme peut l'être l'Allemand et virils comme peut l'être un slave. Tout ça en faveur de la protection de notre propre race, pour la sauvegarde de la grandeur de l'Europe et sous couvert d'un christianisme frontal type chevalier des templiers des temps modernes.

Pendant que nous mangerons nos propres fruits et légumes en faisant du troc une religion d'état pour que jamais la fourberie ne s'installe, nous caresserons nos petites têtes blondes pour qui sauter à la gorge de l'ennemi sera un geste reflex presque pavlovien, aussi instinctif que ce geste mécanique que vos enfants élevés dans le berceau occidental feront pour allumer leurs télévisions et s'asseoir sur leurs gros culs déjà difformes et empreints à la flemmardise.
De notre côté, une armée de petits soldats au taquet, fidèles, obéissant et à l'abri des concepts qui ont tant servi de let motiv à nos départs précipités de cette France gaucho-islamisée.

Nous serons les vieux briscards entretenant l'histoire d'un pays déchu à reconquérir. Car après tout, ils s'épuiseront entre eux. Comme une forme d'épuration naturelle, les quelques blancs restant en France serons tous des gauchistes héréditaires baptisés par Mammon lui même. Ils continueront de vivoter chez papa maman pour échapper aux prix de loyers exorbitant mollement amortis par des salaires gelés sans compter les retraites inexistantes. Les hommes dénués de forces vives, émasculés, étoufferont ainsi sur eux même sans compter tous leurs projets de vie commun à accomplir aux bras du peu d'individus aux genres ambivalents qui leur serviront de femmes. Des femmes coiffées à la garçonne pour qui faire un enfant, donner la vie, sera à terme une régression abjecte. Ils chieront des demi-gosses ou les commanderont sur internet car de plus en plus stériles. Ils s'amuseront à jouer au morpion avec les nuages types chemtrails en continuant de crier au complot. Leur progéniture comptera une ribambelle de délaissés sur tous les plans, leurs enfants seront de la viande morte bonne à foutre sur le convoyeur d'une multi-nationale au mieux, ou rentier du RSA sans projet concret au pire.
Sans compter la drogue à foison et la bouffe dynamitée défonçant leurs défenses immunitaires, les neutralisant ainsi à grands coups de cancers précoces.

Des millions de raclures prolétariennes gargarisant les entreprises côtés, des tout-en bas-de-l'échelle, le nez dans la rouille parmi les crouilles tirant sur leurs clopes pendant les pauses... vivotant sur le amas de leurs propres illusions dans l'attente qu'un chef d'état à poigne leur torche les fesses car jamais habitués à l'avoir fait eux même. Le temps d'une saison à jouer aux révolutionnaires grévistes et puis s'en va. À 30 ans, toujours personne pour les aimer sauf leurs propres mamans chéries qui n'auront de cesse de leur rappeler par leurs sermons bien veillant :
"Fais attention mon chéri, il fait froid mets donc une écharpe !"
Des jeux-vidéo et des séries en guise de thérapie et des vies semblant filer à sens contraire.

Chez nous, en pleine symbiose parmi la nature... ce sera un croisement de jardin enchanté façon village de hobbit tout aussi redoutable qu'une planque de vietcong. Le royaume de Vlad Tepes revisité duquel sortira des êtres enclins à la protection de la splendeur blanche où le respect, la civilité, la pratique des arts et de l'histoire engendreront les invectives de ceux que nous aurons définitivement laissés pour compte, ces spéculateurs du néant se retrouvant de temps à autres la tête baignant dans des flaques de sang pleines de chevrotines coraniques.
Nous apprécierons le spectacle perchés en haut de nos mirador dans l'attente de l'opportunité, cacher dans nos buissons prêts à bondir sur la gazelle à patte folle. Ce jour viendra, en attendant... nous vivons parmi les nôtres et vous souhaitons bonne chance parmi les autres.

​Florent Lambert



Déjuificator3

Auteur : Déjuificator3

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

372 lectures

À voir également

migrant_blonde.jpg

4 bonnes raisons d’adopter un migrant

En héritiers de la tradition humaniste de la Bande à Soros, nous invitons les Françaises à adopter...

Lire la suite

Le nationalisme est-il une bonne chose pour la Race Blanche ?

Le nationalisme est-il une bonne chose pour la Race Blanche ? Un Créateur doit juger toute chose...

Lire la suite

Poutine_Russie.jpg

7 photos terrifiantes de la dictature en Russie

7 photos terrifiantes de la dictature en Russie La plus grande dictature au monde représente une...

Lire la suite

francais_france.jpg

Le plus grand Français du XXè siècle en 5 preuves irréfutables

Le plus grand Français du XXè siècle en 5 preuves irréfutables L’amiral Gabriel Auphan écrivait que...

Lire la suite

Democratie_participative_biz.jpg

C’est sur « Democratieparticipative.biz » que ça se passe

C’est sur « Democratieparticipative.biz » que ça se passe Comme certains d’entre vous l’auront...

Lire la suite

5 conseils aux natios planqués

5 conseils aux natios planqués - Suavelos.eu Ils sont une poignée. Quelques braves, qui défendent...

Lire la suite

Paris-1930.jpg

La France enfin libérée de la haine

La France enfin libérée de la haine Bon boulot, les Français. Vous êtes finalement libérés de la...

Lire la suite

Théo est innocent. Notre contre-enquête en 5 points

Théo est innocent. Notre contre-enquête en 5 points Nous allons tenter de raie futée point par...

Lire la suite