Apollo hyperboréen


Apollo_hyperboreen.jpg


Apollo hyperboréen
Soldat Troyen


Dans nombre de textes, il est une nostalgie d'un espace régional, uniformément blanc, symbole de pureté et de paix; un âge d'or perdu où l'Hyperboréen poursuivait fraternellement une vie communautaire avec les dieux sans guerroyer avec les peuples voisins; une société arctique d'hommes forts et puissants. Selon Plutarque, ces hommes étaient immortels, les vieillards se jetant dans l'eau ressuscitaient. Certains, en se plongeant neuf fois dans le lac Triton, renaissaient oiseaux. C'est une civilisation boréale où les initiés disposaient du pouvoir leur permettant d'atteindre la vérité originelle, une connaissance des correspondances et des équilibres entre terre, la mer, la faune, la flore et l'homme. “ Ni les maladies, ni la vieillesse n'atteignent, selon Pindare, cette race sainte des Hyperboréens, ignorant des labeurs et des combats. Ils vivent à l'abri des Nemesis vengeresses ”.

C'est au nord que les âmes s'élèvent (Platon). Borée est, selon Homère, le vent de la génération; il conduit, amène les âmes. Si fort est le pouvoir mythique que, malgré les évidences géographiques rapportées par les voyageurs, froid, glace, nuit polaire - l'espace boréal pour les Grecs est lieu de bonheur; il connaît un climat si doux que la terre donne deux moissons par an. Les hommes y vivent bienheureux ; ils sont éternels.

Apollon, l'hyperboréen: le dieu le plus mystérieux de la Grèce, le plus beau des dieux, s'y régénère chaque année; il peut ainsi rester dieu de la lumière et éternellement jeune. En souvenir du voyage accompli en son enfance (emporté par les cygnes, oiseaux du Nord qui ne chantent que pour mourir) dans l'Hyperborée (selon Callimaque, Apollon est né “ là où enfantent les phoques, les monstres marins, sur des rocs perdus ” ), Apollon, Dieu de la chasse et du loup, Dieu archer, chaque automne retourne dans le Grand Nord, “ au-delà du vent du Nord ”, afin d'être au printemps en mesure d'exercer ses grands pouvoirs oraculaires prophétiques à Delphes.

II est surtout le dieu de la mesure, qui écarte l'Hybris, médecin, devin. Éternellement jeune, les cheveux jamais coupés, Apollon est le Dieu de l'Esprit qui inspire et ordonne la matière; c'est le maître de l'harmonie du monde. Solaire, Apollon s'oppose aux forces nocturnes et chtoniennes. Par ailleurs, il est le dieu qui apaise les tensions sociales; il rassemble, communalise. Lors d'épreuves initiatiques, les prêtres d'Apollon attachaient à l'initié des plumes d'oiseau, de corbeau - comme lors des danses dans le détroit de Behring - afin de lui rappeler son origine céleste, l'oiseau étant, comme le corbeau chez les Koriaks, tutélaire. Le corbeau, noir comme la nuit polaire, de longue vie et de grande mémoire, est, selon la tradition sibérienne, un animal humain.

Apollon hyperboréen, dieu de la lumière, est dieu de sagesse. Selon Platon, c'est le dieu qui énonce les lois fondamentales de la République, de la vie civile, “ les premières des lois ”, les lois qui allient les hommes aux dieux et qui fondent “ l'Alliance première ”. “ Ce dieu, dit Platon, interprète traditionnel de la Religion, s'est établi au Centre pour guider le genre humain ”. La dimension arctique de la pensée grecque est essentielle - elle se remarque également dans la structure de la société de Sparte qui garde dans ses rigueurs et sa déontologie, des traces boréales. Aristéa, initié au culte apollinien au point qu'il fut appelé le possédé d'Apollon, assimila le dieu au corbeau noir, oiseau tutélaire des peuples arctiques nord-sibériens. Un des plus illustres philosophes grecs, Pythagore, n'avait-il pas pour maître un sage venu de l'est ou du Grand Nord, d'un espace où, dit l'histoire, “ le jour ininterrompu dure la moitié de l'année ” ? Le grand géographe romain Méla est précis: “ Ils ne voient pas, comme nous, le soleil se lever et se coucher tous les jours, mais ils jouissent de sa présence à l'horizon depuis l'équinoxe du printemps jusqu'à l'équinoxe d'automne. Ils ont pour cette raison un jour qui dure six mois et une nuit d'une égale durée. Terre sacrée, leur contrée est exposée au soleil et douée d'une grande fertilité ”.

Les mythes et les croyances étaient si vivaces qu'à la fin de l'Empire romain, il était de tradition à Alexandrie, Athènes ou Rome, de se rendre dans le Nord, en Grande-Bretagne, Germanie, afin d'y consulter les Sages hyperboréens.


Jean Malaurie,
Centre d'Études Arctiques du CNRS, édité dans Pôle Nord 1983



Professeur Z

Auteur : Professeur Z

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

404 lectures

À voir également

La député Nadia Savtchenko s'insurge «contre les youpins» qui dominent l'Ukraine !

La député Nadia Savtchenko s'insurge «contre les youpins» qui dominent l'Ukraine ! Lors d'un...

Lire la suite

Cosmologie.jpg

Cosmologie de l'homme

Cosmologie de l'homme La question centrale posée dans l'Iliade peut s'exprimer ainsi : l'homme...

Lire la suite

ethnonationalisme.png

RAHOWA 73 - L'ethnonationalisme

RAHOWA 73 L'ethnonationalisme Il existe une autre stratégie que la nôtre (L'église du Créateur) au...

Lire la suite

Ingrid_Rimland_Zundel.jpg

Ingrid Rimland Zundel est décédé

Ingrid Rimland Zundel est décédé Ingrid Rimland, épouse de Ernst Zundel, est décédé ce 25 octobre...

Lire la suite

L'extrême droite antiraciste

L'extrême droite antiraciste Extrait : Ce discours social antiraciste a tout pour plaire à Ali...

Lire la suite

En finir avec Dieudonné

En finir avec Dieudonné horizonquebecactuel.com Alexandre Cormier-Denis Le militant antiraciste et...

Lire la suite

Nous_sommes_des_raciaux-socialistes.jpg

RAHOWA 73 - Nous sommes des raciaux-socialistes

Nous sommes des raciaux-socialistes Adolf Hitler était un national-socialiste. Il plaçait l'intérêt...

Lire la suite

Les jeunes quittent les métropoles

Les jeunes quittent les métropoles Les grandes villes sont mortes. Rien ne peut, rien ne doit les...

Lire la suite