L'Aurochs de Heck et la forêt de Bialowieza


aurochs.jpg


L'Aurochs de Heck et la forêt de Bialowieza


L’Aurochs de Heck est issu d’une sélection de races bovines domestiques menée en Allemagne dans les années 1930 par les biologistes Lutz et Heinz Heck. Ce mélange visait à recréer l’aurochs originel en croisant des races existantes rustiques, proches de l’aurochs des origines (la domestication de l’aurochs sauvage étant à l’origine de races domestiques).

L’aurochs occupait pendant des millénaires les steppes allant de la Hongrie à la Mandchourie. Il est resté relativement abondant dans les forêts d’Europe jusqu’au Moyen Âge. Le dernier aurochs est tué dans la forêt de Jaktorów, en Pologne, en 1627.

A partir de 1933, les frères Heck furent sponsorisés par le Reichsjägermeister (Maître des Chasses du Reich) Hermann Göring dans leur efforts pour recréer l’auroch, une creature souvent mentionnée dans les légendes aryo-germaniques telles que le Chant des Niebelungen. Les frères Heck travaillèrent aussi à la recréation du Cheval tarpan (ancêtre du cheval domestique).

Ce projet fut intégré à un programme NS plus large visant à préserver ou à ressuciter des espèces éteintes pour la restauration de la nature telle qu’elle existait dans l’ancienne Germanie, y compris bisons, ours, sangliers, élans, etc.


Polish-Bialowieza.jpg
Bisons de la forêt de Bialowieza

Des aurochs de Heck et des bisons furent d’abord relâchés dans les forêts de Prusse-Orientale, puis dans la célèbre Forêt de Bialowieza (aujourd’hui divisée entre la Pologne et la Biélorussie).

L’aurochs de Heck fut plus tard introduit en 1983 dans les “réserves intégrales” des Pays-Bas, où même les touristes ne sont pas admis, en particulier dans la réserve fermée de Oostvaardersplassen (6.000 hectares). En 2005, il y aurait environ 2.500 têtes dans toute l’Europe.

L’aurochs de Heck (surnommé « taureau nazi » par les éleveurs) est très aggressif et à tendance à attaquer les éleveurs. C’est aussi un des seuls animaux à manger les feuilles du Sureau Noir, normalement toxiques. Son poids peut atteindre 800 à 1.000 kilos, pour une hauteur de 1m85.


aurochs-3.jpg


La Forêt de Bialowieza

Le site principal pour la réintroduction de l’auroch de Heck fut la Forêt primaire de Bialowieza.
Située sur la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, cette forêt fut longtemps protégée en tant que réserve de chasse des rois polonais et des Tsars russes.

C’est la seule partie restante de l’immense Forêt hercynienne qui recouvrait les plaines du Nord et du Centre de l’Europe après la dernière période glaciaire et une des dernières forêts complètement sauvages d’Europe.

Le plan de Göring et de ses spécialistes était de repeupler cette forêt mythique avec les espèces végétales et animales qui avaient peuplé le paysage aryo-germanique pendant des millénaires avant leur disparition récente.

Les nationaux-socialistes considéraient cette forêt ancestrale, située sur la frontière Nord-Est du Reich (dans la partie sud du Bezirk Bialystok, en bleu ciel sur la carte ci-dessous) comme quasi-sacrée. C’est en effet dans des forêts semblables à celle-ci que les Aryo-Germains avaient formé leur identite raciale avant de déferler sur l’Europe lors des Grandes Invasions.


Bezirk-Lothringen.jpg
Cliquez pour agrandir la carte


La restauration des forêts primaires n’était qu’une partie du vaste plan visant à germaniser les paysages des immenses territoires de l’Est, lequel plan s’inscrivait encore plus largement dans le cadre du Generalplan Ost, le « projet du siècle » NS de colonisation germanique de l’Europe de l’Est. Ces forêts devaient contribuer à restaurer la splendeur de la Germanie originelle.

Lutz Heck (M 1892 – Y 1983) se rappela: “Dans ma jeunesse, mon imagination était captivée par la description de la chasse de Siegfried dans la forêt des Vosges, mentionnée dans le Nibelungenlied. J’étais plus particulièrement intéressé par les deux grands bovins légendaires, les plus représentatif du giber germanique originel que sont le Bison européen et l’Aurochs. »

Le passage du Chant des Nibelungen que cite Heck réapparaît à la base du monument en pierre de Meissen érigé à Carinhall, la résidence de Hermann Göring dans la forêt de Schorfheide.


aurochs-Wisentdenkmal.jpg

Monument au Bison, par Max Esser (1934). Initialement installée à Carinhall, la sculpture fut secrètement démontée et enterrée à la fin de la guerre. Redécouverte en 1990, elle est à présent installée dans la ville voisine de Eichhorst.


SMJ12_ES_MAP3_900.jpg



Déjuificator3

Auteur : Déjuificator3

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

327 lectures

À voir également

Bildstock-Lothringen1.jpg

Les Bildstocks en Lothringen

Les Bildstocks en Lothringen Le Bildstock (parfois Wegstock) désigne en Moselle, en Alsace, en...

Lire la suite

enfant-singe.jpg

Coq de l'Est - Un blanc en banlieue Parisienne

Un blanc en banlieue Parisienne Coq de l'Est - 20.01.16 Quelques années après avoir quitté les...

Lire la suite

Daesch_albanie.jpg

Le drapeau noir de Daesch flotte dans des villages albanais aux portes de l'Europe de l'Ouest

Le drapeau noir de Daesch flotte dans des villages albanais aux portes de l’Europe de l’Ouest...

Lire la suite

Hausmark-1572-Odenwald.jpg

Bindrunes et Hausmarke : 'Jedem das Seine !'

Bindrunes et Hausmarke : 'Jedem das Seine !' Bindrunes : Combinaisons runiques Une Bindrune est...

Lire la suite

Coqs de l'Est - Mais comment qu'on fait pour bosser en Ukraine ?

Mais comment qu'on fait pour bosser en Ukraine ? Coqs de l'Est (01.12.16) "Mais comment qu'on...

Lire la suite

Yann Merkado - Ces français qui cherchent leurs couilles à l'Est

On est épatés parce que Poutine sert les intérêts de son pays. On devrait plutôt s’étonner de la...

Lire la suite

La_Wihinei_aryo-germanique.jpg

La Wihinei aryo-germanique

La Wihinei aryo-germanique La Wihinei est la vision mystique et spirituelle des clans...

Lire la suite

Urwelt-landscape-4.jpg

Les 4 Ages de l'Humanité

Les 4 Ages de l'Humanité lothringerkulturkreis.com La doctrine védique nous enseigne que nous...

Lire la suite