Sagesse païenne, foi chrétienne - L'apocalypse et le devenir de l'Homme


neandertal_Chine.jpg

Sagesse païenne, foi chrétienne
L'apocalypse et le devenir de l'Homme


La science actuelle n'a que trop tendance à n'estimer l'évolution humaine qu'à la seule aune du pire matérialisme outrancier. Cette constatation pourrait n'être ici qu'une insignifiante remarque, si elle n'exprimait pas une lourde et fallacieuse méprise dont toute notre connaissance de l'homme et de l'univers se trouve infectée, notamment dans les conclusions les plus modernes de l'actuelle paléontologie physique, cette branche de l'anthropologie ne prétendant à rien moins qu'à la mise en lumière de l'origine de l'homme.
Ainsi, pour ne s'en tenir qu'à ces deux derniers témoins que sont l'homme de Néandertal et l'actuel homo sapiens dans la chaîne d'une évolution supposée remontant à l'homo habilis ainsi qu'à l'homo erectus, ce sont avant tout sur les caractéristiques du crâne et des volumes cérébraux comparés que se fondent aujourd'hui les paléoanthropologues pour estimer naïvement le degré d'intelligence de ces ancêtres de l'homme – démarche que l'on pourrait, à la limite accepter, eût-elle été au moins conforme à une logique véritable pour une estimation fiable du degré de civilisation de ces êtres. Ce qui est très loin d'être le cas. En réalité cette séduisante hypothèse "universellement" admise n'en est pas moins la pire aberration scientifique de ces deux derniers siècles. Force est bien de le dire. En d'autres termes la vieille histoire éculée de l'homme qui descend du singe à peine inchangée depuis Darwin...

Sapien_neandertal.jpg

Nombre de spécialistes s'étonnent, en effet, que maints usages et pratiques culturelles du Néandertal et du Sapiens (telles que le feu, l'inhumation des morts ou les techniques de chasse et de nutrition) sont souvent fort proches et propres aussi bien aux uns qu'aux autres, au point de rendre perplexe et de mettre souvent en échec toute tentative d'explication plausible. Et ce ne sont pas les recours à l'analyse génétique, et autres fines technologies qui apportent plus de vraie lumière sur ces aberrations.

Eussent-ils seulement accepté d'abandonner, l'espace d'une simple réflexion objective, leur obstiné point de vue matérialiste (et sans en revenir pour autant au créationnisme à courte vue des doctrinaires), ces scientifiques se seraient épargné bien des déboires et des contradictions s'ils se fussent tout simplement posé la question de savoir si ces premiers hommes au front bas n'auraient pas été doués d'une éventuelle faculté supra-sensorielle liée à un développement supraphysique particulier de leur cerveau antérieur. Ils se fussent alors ouvert une perspective d'étude autrement plus vaste et plus éclairante que les spéculations purement intellectuelles actuellement admises. Ç'eût été, dans ce cas, prendre en considération la réalité, non seulement du cerveau physique, mais également d'un cerveau éthérique sous-jacent à ce dernier, suprasensible, et siège tout à la fois de la mémoire et des facultés de clairvoyance aujourd'hui latentes en l'homme (1). Un effort qu'il leur faudra pourtant bien faire un jour !

Evolution.jpg« Les Atlantes pouvaient avoir des perceptions du monde suprasensible parce que leur corps éthérique n'était pas encore complètement intégré à leur corps physique. Un point de la tête éthérique ne coïncidait pas encore avec le point correspondant de la tête physique. La coïncidence parfaite du corps éthérique et du corps physique a fait que l'homme a alors été davantage poussé dans le monde extérieur.

Lorsque les portes du monde suprasensible se sont refermées, l'homme a eu besoin dans son évolution artistique d'un lien, d'une liaison du sensible avec le suprasensible. Auparavant, dans la période atlantéenne, il n'en avait pas besoin, car à ce moment-là, il était encore en mesure de connaître le monde suprasensible par expérience immédiate. Les hommes n'ont eu besoin d'entendre parler des dieux et des esprits qu'à partir du moment où il en ont perdu la perception, de la même façon que l'on est forcé de parler des plantes à ceux qui ne les ont jamais vues. C'est pour cette raison que la religion s'est développée dans l'ère post-atlantéenne. Pourquoi un être de nature suprasensible tel que le Christ a-t-il dû apparaître dans une personnalité finie en Jésus, et séjourner sur la Terre ? Pour quelle raison le Christ a-t-il dû devenir une personnalité historique ? Pour quelle raison les regards des êtres se sont-il tous centrés sur ce personnage ? Nous avons dit que les hommes ne pouvaient plus pénétrer le monde suprasensible. Que fallait-il pour qu'ils puissent faire l'expérience de la divinité ? Il fallait que la divinité devienne physique, qu'elle s'incarne en un corps physico-sensible. Voilà la réponse à cette question. Tant que les hommes ont été capables de percevoir au sein du monde spirituel, tant qu'ils ont pu percevoir, par une expérience suprasensible, les dieux au sein du spirituel, aucun dieu n'avait besoin de devenir homme. Mais ensuite il a fallu que le dieu soit présent au sein du monde physique. C'est à cause de ces sentiments que les disciples ont prononcé des paroles venant confirmer cette réalité : « Nous avons mis nos mains dans ses blessures (2) », et autres propos semblables. Ainsi voyons-nous combien l'apparition du Christ Jésus elle-même devient logique pour nous, étant donné la nature des hommes post-atlantéens, et nous comprenons pour quelle raison le Christ a dû se révéler à la perception des sens physiques. Il fallait que les hommes vivent le fait historique le plus puissant. Le Soi-esprit devait être présent de façon sensible afin que les hommes aient un point de référence pouvant les relier au monde supra-sensible C'est pourquoi il est nécessaire que l'humanité d'aujourd'hui rétablisse les liens avec les grandes expériences des mondes suprasensibles. Cette nécessité vous semblera claire si vous comprenez ce qui adviendrait dans le cas contraire.

La tête éthérique est maintenant rentrée en l'homme ; la coïncidence du corps éthérique et du corps physique est aujourd'hui à son point maximum d'évolution. C'est pourquoi le pourcentage d'hommes capable de faire des expériences suprasensibles n'a jamais été aussi réduit. Mais l'évolution de l'humanité se poursuit et prévoit une nouvelle sortie du corps éthérique. Et le processus est déjà entamé. Le corps éthérique est déjà en train de se dégager, il devient de nouveau plus autonome, et sera dans l'avenir à l'extérieur du corps physique comme dans les temps très reculés. Le dégagement du corps éthérique qui doit avoir lieu a déjà commencé. Mais l'homme doit emporter dans son corps éthérique en train de sortir les expériences vécues dans le corps physique, notamment l'événement physique du Golgotha qu'il doit vivre physiquement, c'est-à-dire dans une incarnation terrestre. Sinon il perdrait irrémédiablement quelque chose : le corps éthérique se retirerait sans emporter un élément essentiel et ces êtres resteraient avec un corps éthérique vide. Mais ceux qui auront fait l'expérience du christianisme spirituel auront à foison dans leur corps éthérique ce qu'ils auront vécu dans leur corps physique.

Ceux qui, séduits par la "science", se seront détournés des vérités spirituelles, courent le plus grand danger. Mais le début de la sortie du corps éthérique est d'ores et déjà entamé. La nervosité de notre époque en est un signe. Celle-ci ne fera qu'augmenter si l'homme n'emporte pas ce qui constitue le plus grand événement pouvant être vécu dans un corps physique. Il lui reste certes encore beaucoup de temps pour accomplir cela, car tout durera encore longtemps pour l'immense masse, bien que des individus y parviennent déjà. Mais si un homme ne vivait jamais sur le plan physique ce qui constitue le plus grand événement du monde physique, ne faisait jamais l'expérience de la profondeur du christianisme et ne l'incorporait pas à son corps éthérique, il serait menacé de ce qu'on appelle la mort spirituelle, car le vide du corps éthérique aura pour conséquence la mort spirituelle (3).

L'Atlante clairvoyant n'avait pas besoin de religion parce que l'expérience du suprasensible était pour lui une réalité. Toute l'évolution de l'homme a débuté à cette époque. Ensuite la perception du monde spirituel a disparu. Religere signifie relier, et la religion est bien le moyen permettant de relier le sensible au suprasensible. L'époque où s'installe un matérialisme grandissant avait besoin de religion. Mais viendra un temps où les hommes pourront à nouveau faire l'expérience du monde suprasensible sans avoir besoin de religion. Le nouveau mode de vision présuppose l'acquis du christianisme spirituel : ce sera la conséquence du christianisme. Voilà la justification de la phrase que je vous demande de retenir comme essentielle : le christianisme a débuté sous forme de religion, mais il est plus grand que toutes les religions. Ce que donne le christianisme sera emporté pour tous les temps à venir et constituera encore l'une des impulsions les plus essentielles de l'humanité lorsqu'il n'y aura plus de religion (…)

Confront-sapiens-neanderthal.jpgNous avons attiré l'attention sur le fait que chez les hommes du dernier tiers de la période atlantéenne, chez les hommes d'avant le déluge atlantéen, le rapport entre le corps éthérique et le corps physique était tout autre que lors des périodes antérieures. Aujourd'hui les conditions dans la tête humaine sont telles que la partie physique et la partie éthérique de la tête se recouvrent largement. Il en allait encore autrement sur l'ancienne Atlantide. À cette époque, nous avions, faisant largement saillie dans la zone du front, la partie éthérique de la tête. Maintenant nous avons un point central dans le corps éthérique et dans le corps physique de la tête, à peu près entre les deux sourcils. Au cours du dernier tiers de l'époque atlantéenne ces deux points ont coïncidé et ils se recouvrent aujourd'hui. C'est à cause de cela que l'homme est devenu capable de dire "je" et de se ressentir comme un être autonome. C'est donc ainsi que la partie éthérique et le corps physique de la tête se sont assemblés. Cela s'est produit pour permettre à l'homme de devenir cet être sensoriel qu'il est au sein de notre monde physique, afin qu'il puisse enrichir sa vie intérieure de ce qu'il capte par les impressions de ses sens physiques, par l'odorat, le goût, la vue etc. Tout cela a pu être incorporé à son être intime afin qu'il l'ait une fois pour toutes et puisse l'utiliser pour la poursuite de l'évolution de l'ensemble du cosmos. Cet acquis n'aurait pu se faire d'aucune autre manière. » (Cf. RS. GA112, 12ème conf.)

On rappellera que c'est précisément à partir de ces propriétés du corps éthérique que s'était élaborée l'antique méthode initiatique de la véritable Yoga :

« Représentez-vous un de ces anciens Atlantes dont la tête éthérique dépassait encore de beaucoup la tête physique ; quand le corps astral rapportait des visions spirituelles, elles s'imprimaient dans le corps éthérique qui leur était en grande partie attaché et pénétraient dans l'homme. Vers la fin de l'Atlantide, quand la partie éthérique de la tête fut entièrement absorbée par la tête physique, le corps astral qui se dégageait pendant le sommeil n'entraînait plus avec lui le corps éthérique. Il s'agissait donc, dans l'ancienne initiation, de détacher artificiellement ce corps éthérique, c'est-à-dire de plonger le néophyte dans une sorte de sommeil léthargique, ce sommeil semblable à la mort qui durait trois jours et demi. Durant ce temps, le corps éthérique dépassait les limites physiques ; les liens se relâchaient et les grandes visions du corps astral s'imprimaient dans le corps éthérique. Quand l'homme revenait à lui-même physiquement, il se souvenait de ce qui lui était advenu dans les mondes spirituels. Cette initiation donna à toute la culture humaine qui en est issue un caractère dont on trouve encore un reflet dans la civilisation hindoue. » (R. Steiner, L'Évangile de St. Jean, GA103, 8ème conf.)

Cela seul permet de comprendre le pourquoi de l'incarnation physique d'une entité des plus hautes hiérarchies spirituelles au moment même où menaçait de se perdre le contact entre l'homme et ses créateurs. Il fallait – et c'est la raison pour laquelle la descente et l'Incarnation du Verbe était annoncée depuis des millénaires – il fallait que le Dieu solaire se manifeste de manière sensible jusque dans le physique pour que l'homme échappe à sa perdition dans la matière, et retrouve le chemin d'une progression vers les mondes d'en haut. En ce sens, c'est bien en récupérant ses facultés spirituelles de clairvoyance obscurcies par les influences conjuguées des puissances ahrimaniennes et lucifériennes que l'homme retrouvera le contact avec son Rédempteur, non plus au plan physique comme à l'aube de notre ère, mais, d'ores et déjà, au plan astral de l'âme, avant de progresser encore vers une rencontre au plan spirituel proprement dit, par la fusion de l'âme en Christ ainsi que l'Apocalypse de Jean la retrace "en signes".

Apocalypse_Angers.jpg
Apocalypse d'Angers

Il n'est, en effet, pas donné à tout le monde d'aborder sans préalable, ce compendium ésotérique de l'initiation chrétienne qu'est l'Apocalypse, et ce n'est pas dans le mince espace d'un blog que la chose pourrait se faire. Prétendre y pénétrer sans guide ni repères serait immédiatement voué à l'échec car ce n'est pas pour rien que cette ultime Révélation se trouve à l'extrême fin du Nouveau Testament, en couronnement de toute la Bible. Plus qu'en toute autre matière où la connaissance vient après l'étude, c'est paradoxalement d'abord qu'une certaine notion préliminaire est requise pour comprendre et pénétrer l'intelligence de cette Apocalypse supra-humaine : En premier lieu dans sa structure synthétique en 7 Lettres, 7 Sceaux, 7 Trompettes et 7 Coupes de colère, lesquels correspondent respectivement à la progressive expansion de l'initié depuis le plan physique, au travers des mondes astral, spirituel inférieur et supérieur (4), en ce sens qu'il perçoit tout d'abord des images, puis des sons, puis enfin les entités elle-mêmes (5) – chacun de ces mondes se déployant successivement lui-même en sept niveaux de conscience (6). C'est, en effet, là le modus operandi le plus universel de l'Initiation à la sagesse des mystères occultes : ce que Jean l'Évangéliste, initié personnel du Christ et premier initié chrétien n'ignorait pas (7). C'est donc bien la spiritualisation progressive de toute l'Humanité que décrit l'Apocalypse à compter de la création de l'homme primitif. Cet Atlante au front bas dans son aspect physique, au prosencéphale à peine développé, mais au cerveau éthérique amplement ouvert au niveau du cortex frontal sur les réalités suprasensibles du monde environnant.

C'est cette connaissance fondamentale que le monde scientifique se devrait de retrouver en premier lieu pour fonder enfin correctement cette anthropologie, cette Science de l'homme à laquelle il prétend, et cesser de s'engluer dans l'illusion d'un univers né de cet absurde big-bang ridicule dont on nous rebat les oreilles jusque dans les amphithéâtres universitaires.
WH.


cerveau_vide.jpg1. Le cas d'un Français vivant normalement depuis 44 ans avec seulement 10 % de son cerveau démontre assez clairement qu'intelligence, mémoire et autres facultés culturelles peuvent n'être aucunement dépendantes de la masse cérébrale physique, mais bien d'une tout autre réalité supra-physique et suprasensible (Ce cas clinique fit l'objet d'une large communication dans The Lancet en 2007).

2. 1 Jean 1,1.

3. Comparer avec Apocalypse 20, 14.

4. Les plans suprasensibles du kamaloka, devakhan rupa et arupa de la terminologie orientale.

5. Ce que la science spirituelle désigne comme l'acquisition successive des facultés d'imagination, d'inspiration et d'intuition.

6. Ce que les 7 Lettres aux sept églises (Apo. 2-3) dévoilent une à une en référence aux sept périodes de civilisation se succédant depuis le Déluge atlantéen, jusqu'à ce qu'il est convenu de désigner comme la "Guerre de tous contre tous" à la fin de l'ère du Capricorne (Laodicée).

7. On se souviendra que c'est au cours de la célèbre "résurrection" de Lazare que cette initiation de 3 jours 1/2 eut lieu (cf. Jean, 11). Lazare qui devient ainsi tout à la fois le dernier des initiés selon l'ancien mode, et le premier des initiés chrétiens, lequel, dès lors, portera désormais, comme il était d'usage à l'époque, le nomen mysticum de Jean.



Source : Sagesse païenne, foi chrétienne




postatlant.jpg



Déjuificator3

Auteur : Déjuificator3

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

163 lectures

À voir également

Horst Mahler - Dernier discours avant sa remise en prison

Horst Mahler Dernier discours avant sa remise en prison prévue le 19 avril 2017 Par Horst Mahler Il...

Lire la suite

Platon.jpg

La République de Platon, raciale et eugéniste

La République de Platon, raciale et eugéniste Traduction de l’article écrit par G. Durocher dans...

Lire la suite

Comment les nègres détruisent la culture européenne

Comment les nègres détruisent la culture européenne D’une certaine manière, les arabo-maghrébins...

Lire la suite

William_Shockley.jpg

La vie de William Shockley, ingénieur émérite de notre race

La vie de William Bradford Shockley, ingénieur émérite de notre race William Shockley a été...

Lire la suite

creativite_logo.jpg

Principales thèses de la Créativité

Principales thèses de la Créativité POUR la survie de la Race Blanche La Créativité est en faveur...

Lire la suite

Malher_Horst.jpg

Horst Mahler - Nous nous battons pour gagner !

Horst Mahler Nous nous battons pour gagner ! didi18ungraindesable.ru Par Horst Mahler (…) Nous...

Lire la suite

La diabolisation du blanc, la victimisation permanente des noirs et des arabes

La diabolisation du blanc, la victimisation permanente des noirs et des arabes La culture de...

Lire la suite

Le_monde_europeen.jpg

Le monde européen

Le monde européen - soldat-troyen.tumblr.com Le visage des statues grecques semble empreint d’une...

Lire la suite