La forêt, genèse de l'Homme aryo-germanique


Halgadom-Thing.jpg
Après l’évangélisation, une ordonnance de Charlemagne interdit le très ancien rite qui consistait à placer des chandelles allumées auprès des arbres.


La forêt, genèse de l'Homme aryo-germanique - Cercle culturel Mosellan


À l’aube de l’histoire, l’Europe était couverte d’immenses forêts primaires, au milieu desquelles existaient quelques rares défrichements humains.

L’arrivée des nations aryennes dans les profondes forêts d’Europe depuis les steppes d’Asie centrale créa de profonds changements dans leur structure sociale. Ceux qui allaient devenir les Aryo-germains y vécurent en permanence pendant des siècles, tirant toute leur subsistance et leur ressources de la forêt.

Jusqu’au 1er siècle de l’ère chrétienne, la profonde Forêt hercynienne s’étendait sur une distance énorme: les Germains que questionna César disaient avoir voyagé pendant 2 mois dans cette profonde forêt sans jamais en atteindre la limite.

Les Hag (bosquets sacrés), mais aussi certains arbres isolés (placés au croisement de lignes telluriques bénéfiques) étaient vénérés. C’est aussi dans les Hag qu’ils célébraient leurs rituels et leurs Dings (assemblées claniques).


Armanenvolk-Grimnir.jpg


Les Esprits (Gewalten) du Lieu

Chez les tous les peuples européens, les plus anciens sanctuaires étaient des bois sacrés. Ils ne pouvaient pas concevoir d' »enfermer » les dieux dans un temple fermé de murs. Les forêts et les arbres à offrandes étaient donc le lieu naturel des cultes et des assemblées.

Il ne s’agit naturellement pas d’offrande aux arbres, aux pierres ou aux sources elles-mêmes. Les sacrifices et les offrandes ne s’adressent qu’au pouvoir divin qui y est présent.

Ce que nous adorons dans un arbre n’est pas le végétal lui-même, mais l’esprit divin qui l’anime, et que l’on appelle par exemple une dryade (nymphe du chêne).

La forêt est la demeure naturelle des dieux et des divinités inférieures (die Gewalten en allemand, les “Puissances” dont le nom dérive de Wald, la forêt!). D’ailleurs la Forêt Noire et les Ardennes étaient adorées en tant que telles, comme des divinités à part entière.

C’est pourquoi l’abattage d’un arbre ancien sans raison valable est en général interdit dans notre tradition ancestrale, à moins qu’il ne soit accompagné d’un rituel communautaire, comme pour tout ce qui appartient à la Teuta (tribu) ou à la Sippe (clan) et non seulement à un individu !


« Nous adorons les bois sacrés et jusqu’au silence religieux qui y règne avec autant de dévotion que les statues où resplendissent l’or et l’ivoire. » Pline, Histoire naturelle, XII-3.


nymphs.jpg


Bosquets de Chênes

Au 8ème siècle, la moitié de l’Europe était encore recouverte de bosquets de chênes. Découvrant cette absence de temples traditionnels, mais constatant un culte des forêts sacrées, le premier souci des chrétiens sera de détruire les arbres et les forêts.

À propos de l’un de ces sanctuaires, Tacite écrit, dans Germania :

“Les plus anciens et les plus nobles des Suèves seraient les Semnons. À époque fixées, les peuples de ce nom et de ce sang se rassemblent par députations dans une forêt rendue sacrée par l’effroi des vieux âges (…) C’est là le berceau de la nation, là que réside le Dieu maître du monde, que tout lui est subordonné et lui obéit”.

Les envahisseurs romains ont détruit des forêts entières parce qu’elles étaient des sanctuaires de la religion naturelle. En 723, saint Boniface abattit le célèbre Donareiche (Chêne de Thor) à Geismar (aujourd’hui Fritzlar dans la Hesse), ce qui marqua le début de la christianisation du nord de l’Allemagne.

Cependant, saint Bernard de Clairvaux, qui était encore proche de la Tradition primordiale, recommandait toujours à ses moines: « Vous trouverez plus auprès des arbres de la forêt que dans des livres! »

Les forêts sacrées furent les précurseurs des cathédrales de la chrétienté. En s’élevant à la verticale vers le ciel et en s’arrondissant telle une voûte, la cathédrale gothique reproduit visiblement, dans son intérieur majestueux, les anciens lieux de culte où les grands arbres se rejoignent dans leurs cimes.
Hexeneichen (« Chênes des Sorcières »)

Les chênes sacrés furent alors progressivements abandonnés. Seules les « sorcières » (en réalité, les wala du lieu) leur restèrent fidèles. Les protégeant et les vénérant au péril de leur vie, elles continuèrent à se réunir à son pied, notamment pendant la Hexennacht (« Nuit de Walpurgis »).

- En Lothringen subsiste l’Hexeneiche de la Forêt du Warndt à Saint-Avold, qui est vieux de 850 ans. La chronique nous rapporte qu’en l’an 1180, l’Empereur Frédéric Barberousse était venu chasser dans l’immense Forêt du Warndt (aujourd’hui disloquée en 4 forêts séparées) en compagnie du comte de Saarbrücken et du seigneur de Varsberg.

Barberousse aurait planté sa lance dans le chêne en disant: « C’est ici que nous allons reprendre des forces ».


Foret-du-Warndt.jpg
Statue de l’Empereur Frédéric Barberousse au Kyffhäuserdenkmal


Les « autorités » actuelles se préoccupent de préserver ce chêne à tout prix, de le classer « arbre remarquable », voire même de le cloner, sans bien sûr en comprendre la signification réelle. En réalité, un Chêne sacré doit être abandonné à sa mort naturelle. Il peut aussi être brûlé en grande pompe lors d’une cérémonie officielle.

Les Armanen peuvent en effet toujours identifier régulièrement de nouveaux chênes sacrés (qui sont généralement situés au croisement d’Erdstrahlen (les lignes d’énergie telluriques), si seulement nous laissions pousser certaines forêts sans les exploiter !

C’est l’ensemble d’une forêt qu’il s’agit de protéger et de maintenir selon les techniques ancestrales, et non un « arbre remarquable » isolé (et qui sera généralement entouré d’un parking et de panneaux en plastique)…

A l’époque actuelle, on est d’autant plus obsédé par la « préservation » d’objets culturels, que l’on a totalement perdu la culture primordiale qui les a produits! Ce que nous appellons aujourd’hui un « arbre remarquable » n’aurait pas du tout impressioné il y a seulement 200 ans.

- Par ailleurs, un Hêtre de plus de 2.000 ans se trouve à Hinterstein dans l’Allgaü.

- Un autre Chêne de 1.500 ans d’une circonférence de 15 mètres est situé dans le voisinage d’Erle, près de Dorsten, en Westphalie.


La Parenté entre l’Arbre et l’Homme


La Tradition nous dit que « le premier homme était issu du tronc d’Askr (le Frêne), et sa compagne du tronc d’Embla (l’Orme) ». Cette idée est répandue dans tous les mythes indo-européens: l’If Eburo chez les Celtes, le Chêne de Zeus chez les Grecs, le Noyer de Karya chez les Hittites, l’If et le Frêne chez les Germains.

D’ailleurs en gaulois, vidus signifie ‘arbre’, et vidia ‘connaissance’ (tout comme en sanskrit, vidya = savoir, science). Les dru-vides (druides) “les tout savants” sont inséparables du culte du chêne !

De même, après l’apparition du christianisme, il ne resta plus que le « recours aux forêts » (c’est à dire la retraite dans le bosquet sacré) pour protéger la culture ancestrale.


Le Refuge ultime

La forêt est, pour l’ensemble du monde européen, le lieu du mythe: elle est dans l’espace ce qu’est l’âge dans le temps, elle est le lieu même de l’Age d’Or, elle est l’abri privilégié des dieux à qui les hommes doivent les lois de ce monde.

Elle est aussi refuge: la forêt a toujours été ce lieu d’où pouvait s’organiser et surgir un contre-ordre, un ordre neuf et plus juste, cette terre d’asile qui nourrit toutes les révoltes contre les ordres établis: Flandre contre la tyrannie espagnole, Jacqueries françaises, révoltes contre les Normands en Grande-Bretagne…

Pendant des siècles, les proscrits, les brigands, les ermites, les guérisseurs et les lépreux prenaient refuge dans les forêts. L’Église se montrait tout à fait hostile à cette barrière naturelle qui servit longtemps à abriter les pratiquants de la religion naturelle.


Armanen-landscape.jpg


Harmonie et Hiérarchie

Un véritable bois sacré est un modèle d’harmonie et de hiérarchie, une zone forestière naturelle et une communauté végétale ou cohabitent les arbres, les arbustes nourriciers et les haies.

L’ensemble est surmonté par la couverture des arbres matures et couronné par les arbres les plus vénérables, vieux de pluseurs centaines d’années, dont les chênes sacrés.

Or de nos jours, les immenses et profondes forêts d’antan ont toutes été abattues ou sont exploitées pour le bois, en monoculture, comme des champs de maïs. La sylviculture moderne est basée sur la plantation d’arbres identiques pour maximiser le rendement, ce qui est un vrai désastre.

On plante de vastes surfaces d’arbres de la même espèce, et tous du même âge (pour pouvoir récolter en même temps!). Tout ces arbres se battent alors pour le même espace et les mêmes nutriments, au même moment, parce qu’ils ont tous les mêmes besoins.

Le sous-sol ne contient qu’un seul type de racines et n’absorbe donc plus l’eau de pluie aussi bien, ce qui est l’origine principale des inondations (avec la disparition des haies).

Nous pouvons aussi observer que le bois qui provient de ces plantations est de très pauvre qualité, comparé à celui des meubles d’il y a encore 80 ans. En géobiologie, nous constations également que la qualité énergétique d’une habitation est diminuée par la piètre qualité des bois actuels.

Cependant, la redécouverte récentes de techniques ancestrales, rassemblées sous le nom de ‘permaculture‘ permet de recréer des zones végétales protectrices et nourricières, comprenant le maximum d’espèces végétales et animales.

Ce n’est donc plus la forêt publique qui sert de refuge physique aux rebelles du monde moderne, mais la forêt privée, sous forme de bois et bosquets sacrés (Hag), propriété inaliénable du clan, rendue invisible au monde extérieur et gérée selon les principles de pointe de la permaculture, une pratique en plein essor au niveau mondial.


Un Hag (bosquet sacré) d’un ou quelques hectares, aménagé selon les principes de la permaculture, permet de rendre autonome (et même de loger en cas de besoin) toute une communauté, autant que ne l’aurait fait une forêt entière aux époques antérieures.


Yggdrasil.jpg



Déjuificator3

Auteur : Déjuificator3

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

473 lectures

À voir également

Daniel Conversano - Comment Hervé Ryssen a brisé notre amitié pour sauver son business

Daniel Conversano Comment Hervé Ryssen a brisé notre amitié pour sauver son business Rappelons...

Lire la suite

pierres_des_bardes.jpg

Les pierres des bardes - Conte

Les pierres des bardes - Conte www.pagans.eu Les pierres des bardes Nos anciens connaissaient le...

Lire la suite

travaux_hercule-taureau_crete.jpg

Mythe Nordique - L'oreille coupée

La majorité des mythes Nordiques sont issus de l’Edda ou de la Völuspa, des textes mythologiques...

Lire la suite

Rapport d’évaluation psychopathologique d’Alain Bonnet, dit SORAL

Rapport d’évaluation psychopathologique d’Alain Bonnet, dit SORAL Le sujet présente des signes...

Lire la suite

Les positions du pape François en faveur de l'invasion migratoire : un crime contre l’Europe

Les positions du pape François en faveur de l'invasion migratoire : un crime contre l’Europe...

Lire la suite

Chalet.jpg

15 conseils pour vivre hors réseau et cesser d’être un esclave

15 conseils pour vivre hors réseau et cesser d’être un esclave By True Activist - Posted on July...

Lire la suite

Japan_Flag.jpg

Confidences brutales d'un aryen japanophile

A mes camarades européens intéressés par l'Asie et le Japon. (témoignage recueilli sur le forum...

Lire la suite

ACAB_Montpellier.png

Montpellier - Violences policières contre un opposant à l’accueil de migrants

Montpellier - Violences policières contre un opposant à l’accueil de migrants Au moment où devant...

Lire la suite