Les Cahiers d'Arynité

Les Cahiers d'Aryanité

Présenté par le Grand Monarque

Fernand Querrioux – La médecine et les juifs

Fernand Querrioux
La médecine et les juifs
Selon les documents officiels

Acheter la version papier du livre – RakutenThe Book Patch

Le fidèle tableau de l’incroyable invasion juive dans la médecine française.

Au corps sanitaire français :
La loi du 16 août 1940, sur l’exercice de la médecine, de la dentisterie et de la pharmacie en France, tant attendue par le Corps sanitaire français tout entier, loi excellente mais appliquée avec une lenteur désespérante, a déjà vécu.  L’état français — ô ironie des mots ! — vient de s’ériger en défenseur des morticoles, métèques et Juifs en abrogeant cette loi du 16 août 1940 par la loi du 22 novembre 1941.
Avec cette loi pro-métèque et pro-juive, tous les morticoles youtres peuvent prétendre désormais à l’exercice de cet art.
Sous la troisième république, avec les Blum, les Herriot, les Saurraut et consorts, valets de la Judéo‑Maçonnerie internationale, cela pouvait peut-être se concevoir, mais sous un état français ayant pour chef un Maréchal vénéré, cela semble incroyable.
Nos dirigeants, en imaginant ou acceptant cette loi, se font les complices des pires ennemis de notre pays.
Si cette loi absurde, injuste et inopportune n’est pas abrogée, un divorce certain s’établira entre le Corps sanitaire français et ses dirigeants.
Nous ne cesserons de clamer : la médecine, la dentisterie, la pharmacie aux seuls Français de France !
Docteur Fernand Querrioux
Cahier jaune n° 3 – Février 1942, p. 16

Télécharger la version PDF du livre sur PDFArchive.info

Tout le monde a entendu parler de Carpentras, cette charmante petite ville de notre Provence ensoleillée, célèbre par ses berlingots et parce qu’elle fut le berceau du « taureau de Vaucluse », si néfaste à notre pays.
Mais ce que beaucoup d’entre mes lecteurs ignorent, c’est que cette ville possède une église du XVe siècle – l’église Saint-Siffrein – bâtie sur les ruines d’une cathédrale romane, et qui offre la bizarre particularité de posséder une porte, dite « porte Juive ».
Le nom viendrait — dit-on — de ce qu’autrefois, à l’entrée de l’église, se trouvaient des échoppes tenues par des juifs qui vendaient des objets de piété aux chrétiens. Mais cette porte offre une autre singularité. Au-dessus du linteau, on voit, sculptée dans la pierre, une boule sur laquelle courent des rats. C’est « la boule aux rats de la porte juive ».
A cette époque toute la Provence était dressée contre les juifs, ainsi qu’en témoigne le document qui va suivre ; Carpentras en comptait de nombreux, comme encore de nos jours.
Ils s’étaient déjà révélés si avides que le sculpteur, soit par ironie, soit par vengeance tailla cette boule qui, dans son imagination, représentait le monde envahi et rongé par les juifs.


Le Grand Monarque
Le Grand Monarque
Exegi monumentum aere perennius
Permalink - RSS